Image/photo

1) Pré-générique



Vous êtes bien sur Radio Lutte, la radio de TheChangeBook, réseau social associatif et non marchand, indépendant et autogéré par ses membres.

Au quatrième dong, il sera… l’heure de lustrer vos chaines et d’affuter vos dents…

Fond musical :
- Helios de Romos → de 0 à 22 secondes maxi
- Son de cloche
- BLOODSPOT – Volcanos → de 12 à 18 secondes maxi

2) Lancement du premier morceau de musique



Bruitage vinyle puis un premier morceau est lancé : Lord Irratikor - Halloween (3min11)

3) Générique début de l’émission



Sons :
→ Bruits d’allumette
→ Hands of Attrition – They Come At Night + VITNE – Encephalon de 0 à 12 secondes maxi
→ The Rinn – Voices + texte 1 et 2
→ Fish over the Moon – Space (10 à 15 premières secondes) + texte 3
→ From Sky to Abyss – Sunburst + texte 4

Texte :
1) Radio Lutte présente
2) En radiodiffusion mondiale grâce au web
3) Une émission qui va vous secouer les courts-circuits
4) Le Metal dans tous ses états

4) Lancement de l’émission



Salutation :

→ En fond sonore : Nox Arcana – Night of the wolf

Salut à tous les gazouilleurs et à toutes les gazoullieuses ! Non, non, vous n’êtes pas perdu, vous êtes bien sur Radio Lutte !

→ Insertion virgule sonore (fond sonore amplifié)

Présentation du premier morceau :

Le premier morceau que vous avez entendu avant le générique de l’émission est de Lord Irratikor intitulé Halloween.

→ Insertion Bruit : Créature étrange

Édito / Billet d’humeur / lancement :

Vous allez me dire, avec un ton étonnement mesuré, que nous ne sommes pas vendredi : c’est vrai. L’émission Le Metal dans tous ses états, qui est la retranscription sonore d’une page éponyme lancée sur le réseau social TheChangeBook, est généralement diffusée au cinquième jour de la semaine, mais aujourd’hui c’est …

→ Insertion bruit : Bête attaquant

Halloween !

Avant de débuté l’émission, rappelons qu’une fois par mois, ou un peu plus ou un peu moins, durant une heure environ, nous allons explorer le vaste univers du Metal et faire la part belle à des chroniques invitées.

Et puis de temps à autres, seront abordés des sujets qui fâchent, ou pas, comme ce lui de cacher derrière des éléments folkloriques des propos de haine et d’exclusion de l’autre, d’autres sujets comme l’engagement des groupes de Metal dans les luttes sociales ou pour des causes sociétales.

Ensuite le sommaire :

Au sommaire de cette quatrième émission émission :
  • Pas de chronique d’Alias cette fois-ci ni de Pierre qu’on retrouvera tout bientôt sur les pistes de l’émission. Aujourd’hui, devinez - un peu pour voir, que dis-je, pour entendre – de quoi allons-nous parler…
→ Insertion bruit : Cri du loup

Oui, nous allons parler d’Halloween ; affligeant, n’est-ce pas ?
  • et comme Le Metal dans tous ses états est une émission musicale, tiens donc, on écoutera du son, du son et encore du son.
Une dernière chose avant de commencer. Je m’appelle Dan d’Auge et, ayant le micro partageur, si vous avez un billet ou une chronique à proposer pour l’émission, contactez-moi sur TheChangeBook, ou diaspora ou Mastodon.

5) La chronique



→ Jingle chronique

5.1) Présentation de la chronique

→ Fond sonore : Adrian von Ziegler – Dark ritual

Halloween ! Pour beaucoup cela signifie costumes effrayants et bonbons mais derrière cette fête se cache une vraie histoire ! Plusieurs en fait. Sans compter que cela aiguise aussi quelques appétits sonnants et trébuchants...

Ce sont ces histoires que nous allons aborder dans cette émission. Mais, avant de nous frayer un chemin tortueux dans la légende d’Halloween, écoutons Boogie Heights dans un thème approprié.

→ Bruitage vinyle puis lancement d’Halloween Theme Song Metal (3min37)

5.2) La chronique

→ Fond sonore : Adrian von Ziegler – Dark ritual

Halloween est souvent présentée comme un héritage de la fête païenne de Samain qui était célébrée au début de l'automne par les Celtes et constituait pour eux une sorte de fête du nouvel an. Halloween est ainsi connue jusqu'à nos jours sous le nom de Oíche Shamhna en gaélique. Elle est une fête très populaire en Irlande, en Écosse et au Pays de Galles où l'on trouve de nombreux témoignages historiques de son existence.

C'est à partir du VIIIe siècle, sous le pape Grégoire III (731-741) et, au siècle suivant, sous le pape Grégoire IV (827-844), que l'église catholique déplaça la fête de la Toussaint, qui pouvait se fêter jusqu'alors après Pâques ou après la Pentecôte, à la date du 1er novembre, christianisant ainsi la fête de Samain.

Bruitage vinyle puis lancement d’Helloween – Halloween (13min19)

→ Reprise du fond sonore : Adrian von Ziegler – Dark ritual

Une autre histoire. Celle de Jack-o-lantern, une légende irlandaise qui dit que Jack était un ivrogne, méchant et avare. Un jour , il proposa au diable un dernier verre d'alcool avant de partir en enfer. Le diable accepta et se changea en pièce, Jack s'empressa de la mettre dans sa bourse fermée avec une serrure en croix pour que le diable ne s'en échappe pas. Mais un jour, le diable fut libéré et Jack lui demanda un an de plus à vivre... Mais quand il mourut, les portes du paradis restaient fermées, mais il réussi à convaincre l'enfer de lui donner un bout de charbon pour l'éclairer dans le noir, qu'il mit dans un navet. Ainsi Jack fut condamné à errer sans but dans les ténèbres.

Bruitage vinyle puis lancement de Creepy – Halloween (3min)

→ fond sonore : Akhharu Babilon – Necromantic drums

Lors de la grande immigration irlandaise, notamment à la suite de la Grande famine en Irlande (1845-1851), l'Amérique du nord découvre cette tradition, se l'approprie et la perpétue assidûment avec une « valeur ajoutée » pour les enfants : celle qui consiste à aller sonner aux portes pour réclamer des friandises ! Ainsi, chaque année, des grappes de petits Américains déguisés en sorcières, en fantômes ou en morts vivants assaillent les maisons de leur quartier en criant: « Trick or treat, smell my feet or give me something to good to eat ! ». Oui vous avez bien entendu « valeur ajoutée » et nous verrons pourquoi plus tard dans l’émission.

Bruitage vinyle puis lancement de Rob Zombie – American Witch (3min27)

→ Reprise du fond sonore : Akhharu Babilon – Necromantic drums

Halloween est également l’héritière d’une fête équivalente dans la tradition germano-nordique, et c’est en ce sens qu’elle constitue un des nombreux points de convergence entre les deux mondes culturels et civilisationnels que sont le monde germanique d’une part, et le monde celtique d’autre part, étroitement apparentés à plus d’un titre. Cette célébration marque le passage de la partie lumineuse du cycle des saisons à sa partie sombre, partie sombre qui inaugure donc une nouvelle année. Célébrant également la mort symbolique de la Nature, Halloween est une nuit « hors du temps », peuplée de forces obscures et au cours de laquelle le monde des morts et de l’au-delà interfère avec celui des vivants. Elle est marquée par l’errance de forces impalpables, de créatures ténébreuses et inquiétantes, au premier rang desquelles les sorcier(e)s maléfiques, les spectres, les revenants, les loups-garous, et autres monstres.

Bruitage vinyle puis lancement de Type O Negative – All Hallows Eve (8min38)

→ Reprise du fond sonore : Akhharu Babilon – Necromantic drums

L'orange et le noir sont les deux couleurs traditionnellement associées à Halloween, l’orange symbolisant le crépuscule de l’été avec les teintes automnales orangées et jaunâtre et le noir celui de la mort, de la nuit et de ses mystères.

Ces couleurs ont été adoptées après la rencontre d'Halloween avec l'antique « Dia de los muertos » ( Jour des morts) célébré chez les Mexicains, survivance culturelle post génocide des peuples et croyances d’Amérique centrale par les européens, et dont au passage le côté coloré et festif a été récupéré par la fête d’Halloween.

L'orange peut également être associé au feu. En effet, une croyance bretonne qui a perduré jusqu'au début du XXe siècle, selon laquelle les âmes des morts revenaient à la veille de la Toussaint et lors des nuits de solstice. Avant d'aller se coucher, on leur laissait de la nourriture sur la table et une bûche allumée dans le feu pour qu'ils puissent se chauffer.

Bruitage vinyle puis lancement de Ghost – Ritual (4m28)

→ Reprise du fond sonore : Akhharu Babilon – Necromantic drums

Aujourd’hui, l’un des symboles d’Halloween est la citrouille. Mais cela n’a pas toujours été le cas et au départ c’était un navet, voir la betterave comme dans certaines régions de la Belgique actuelle ou de la Moselle. Les enfants les utilisaient afin de fabriquer des lanternes avec le légume une fois évidé ou pour sculpter des têtes de morts comme en Bretagne. Sur les iles britanniques le rutabaga était également utilisé. Ce n’est que plus tard, lors de son introduction en Amérique du Nord, que la citrouille prit le pas, bien plus foisonnante sur les territoires américains, plus large et plus facile à sculpter.

Bruitage vinyle puis lancement de Powerwolf – We drink your blood (3min39)

→ Reprise du fond sonore : Akhharu Babilon – Necromantic drums

Voilà en substance ce qu’on peut dire des origines de cette fête d’Halloween. Au final, le côté coloré et festif a finalement été privilégié depuis prés de 120 ans. Récupéré par des publicitaires au début du 20ème siècle qui ont lié le coté mystérieux avec le bestiaire cinématographique fantastique en vogue à l’époque. Aux imageries paganistes dérivées du folklore celtique et des rites de sorcellerie druidiques se sont ajoutés vampires, momies, zombies et autres loups garous, sans oublier bien entendu les sorcières qui au final avaient parfaitement leur place dans ce mysticisme antique.

Halloween a donc également et grandement inspiré le cinéma, la BD et la musique. Au cinéma au travers de films comme « L’étrange Noel de Mr Jack » ou encore le moins connu mais néanmoins sublime « Trick R Treats » ou le cultissime Halloween de John Carpenter. Mais ce n’est pas de cela que traitera la deuxième partie de cette histoire.

On va parler gros sous…

Bruitage vinyle puis lancement de Peter Gundry - Lucifers hymn choir (2m14)
Suivi de Ezra Raymond - Haunted Dreams (4min15)

→ Fond sonore : Sephiroth – The call of the serpent

Bienvenue dans le mondes des horreurs… euh… des affaires, pardon. Si déjà vous sursautez à la vue d’une personne déguisée en zombie au croisement d’une rue, il n’est pas impossible que vous allez être terrifié par ce qui suit et réjouit d’avance les amatrices et amateurs de gros porte-feuille. Car, oui, Halloween, c’est aussi une affaire juteuse.

Bruitage de pièces puis lancement de Varien – Lilith (4min44)

→ Reprise du fond sonore : Sephiroth – The call of the serpent

Commençons doucement avec cette petite douceur très agréable pour nos papilles.

Avec une recette de près de 90 millions d’euros en France, soit près de 12 % du chiffre d’affaire annuel pour le secteur la confiserie de sucre, qui voit baisser sa consommation globale, Halloween est un temps fort immanquable, n’est-ce pas.

Bruitage de pièces puis lancement de Infernal Majesty – Night of the living dead (7min20)

→ Reprise du fond sonore : Sephiroth – The call of the serpent

Cette année au Canada, un constructeur automobile japonnais (allié à un producteur français) tourne son attention vers la sûreté sur les routes pour les jeunes enfants ainsi que les conducteurs avec ses autocollants Garde Flos. Les autocollants réfléchissants, qui s'apposent facilement à un costume d'Halloween, favorisent la sûreté durant l'un des soirs où la circulation piétonnière sur les routes est des plus denses. Les familles peuvent obtenir ces autocollants gratuitement dans les concessionnaires canadiens du constructeur avant de partir à la chasse aux bonbons. Un bon coup de com à pas cher.

Bruitage de pièces puis lancement de Cathedral – Hopkins (5min18)

→ Reprise du fond sonore : Sephiroth – The call of the serpent

Une autre arnaque, dans le genre grosse ficelle bien belle. Afin de garder le contact avec les clients et de communiquer au mieux sur leurs initiatives estampillées Halloween, les marques présentent en France utilisent tous les canaux disponibles, à commencer par les réseaux sociaux dont on tairera les noms ici, moyen devenu le plus simple et le plus efficace pour toucher le plus grand nombre.

Les enseignes lancent des concours de photos sur l’un à partir de leurs produits ou développent des filtres sur l’autre pour toucher la cible des adolescents, très intéressés par Halloween. Citrouilles, sorcières ou fantômes au programme.

C’est le cas par exemple d’une marque de sucettes qui dévoilait le jour de la fête en 2018 le filtre (lens) Skull, dédiée à la sucette éponyme de tête de mort. De même, qu’une marque d’eau à bulles lancait son filtre « Bouteille x » le 31 octobre 2018, permettant à tous les utilisateurs d’enfiler le costume de la célèbre bouteille le temps de la fête.

Bruitage de pièces puis lancement de Slayer – Dead skin mask (5min21)

→ Reprise du fond sonore : Sephiroth – The call of the serpent

En 2018, encore un sacré succès outre-Atlantique. Selon l’enquête annuelle de la National Retail Federation réalisée par Prosper Insights & Analytics, les dépenses totales pour l’Halloween ont atteint 9 milliards de dollars aux USA. Deuxième année record après l’année précédentes où le chiffre avait atteint 9,1 milliards de dollars. Et surprise de l’année : l’une des tendances est le déguisement pour animaux de compagnie, notamment chez les Millennials, selon Phil Rist, vice-président exécutif de la stratégie de Prosper Insights. Les Américains prévoyaiient de dépenser en moyenne 86,79 dollars pour toutes leurs consommations.

Bruitage de pièces puis lancement de Moonspell – I’ll see you in my dreams (5min48)

→ Fond sonore : Peter Gundry – A vampires heart

Selon une étude de Clear Channel, le panier moyen en France, lui, atteignait 63 euros et près de 70 euros chez les familles avec des enfants de moins de 15 ans. Sachant qu’au minimum 20 % de la population de l’héxagone participe activement à Halloween, je vous laisse prendre votre calculette pour nous dire combien cela génère de fric en tout. Ne vous arrachez pas les oreilles, ce n’est pas fini !

Bruitage de pièces puis lancement de Cradle of filth - The twisted nails of faith (6min52)

→ Reprise fond sonore : Peter Gundry – A vampires heart

Pendant du célèbre adage « sell in May », le « Halloween Indicator » implique que la période de novembre à avril offre le plus fort potentiel de hausse sur les marchés financiers. Très sérieusement étudié, l'effet Halloween vient d'être confirmé par la plus vaste analyse jamais menée...

Des snacks, un déguisement de monstre, un bon film d'horreur et... un portefeuille d'actions : serait-ce la meilleure recette pour réussir sa soirée d'Halloween ? Une étude universitaire de 2018, menée par les professeurs Zhang Yi de la Nottingham University Business School (Chine) et Ben Jacobsen de TIAS Business School (Pays-Bas), vient de confirmer qu'acheter des actions à la veille de la Toussaint pour les vendre six mois plus tard génère une performance anormalement élevée, tandis que la période de mai à octobre aboutit la plupart du temps à une performance sinon négative, du moins significativement inférieure au rendement des actifs sans risque.

Bruitage de pièces puis lancement de Iron Maiden – Fear of the dark (7min17)

→ Fond sonore : Entombed – Left hand path

On va arrêter là l’énumération car je sens que vous n’êtes pas très bien, vous êtes tout pâlots limite chancelant.

La domination du capitalisme est telle qu'elle cesse, pour le plus grand nombre, d'être perçue comme une idéologie. Elle est devenue le modèle par défaut, le comportement naturel. Elle s'est infiltrée dans la normalité, a colonisé l'ordinaire, à vampiriser les fêtes populaires comme Halloween, au point que la contester est apparu comme aussi absurde ou ésotérique qu'une remise en cause de la réalité elle-même. En laissant faire l’infime minorité de la population rompue à la course sans fin des profits, ce n’est plus dans les contes et légendes qu’il nous faut chercher fantômes et zombies mais en chacun de nous, prisonnier plus ou moins volontaires de leur système, infectés jusqu’au cœur. Pourtant, il y aurait bien un échappatoire...

6) Conclusion



Pleurez dans les chaumières car c’est le moment de nous quitter. C’était le quatrième numéro de votre émission qui fait sursauter même les squelettes les moins en forme.

J’espère que vous aurez passé un bon moment, malgré les imperfections de la production qui seront sans nul doute gommées au fur et à mesure.

En attendant la prochaine, souvenez vous de ceci : le Metal est une musique au cœur qui uni les gens, peu importe leur sexe, leur age, leur religion, leur couleur de peau ou le pays dans lequel ils vivent.

7) Générique fin de l’émission



Le générique de fin reprend en partie les éléments du générique de début.

Sons :
→ Fish over the Moon – Space
→ From Sky to Abyss – Sunburst

Texte :
Le Metal dans tous ses états, une émission diffusée sur Radio Lutte, la webradio du réseau social TheChangeBook. Pour soutenir le réseau et ses actions, rendez-vous sur thechangebook.org/soutenir-tcb/

   
Image/photo

Je passe les parties 1 et 2 car se sont les mêmes que pour la première émission. Voir Fichier joint pour les personnes qui veulent le récupérer au format pdf.

3) Lancement de l’émission



Bruitage vinyle puis un premier morceau est lancé : Meniscus - Pilot

Salutation :

→ En fond sonore : Deathwing - The_Disease

Salut à tous les gazouilleurs et à toutes les gazoullieuses ! Non, non, vous n’êtes pas perdu, vous êtes bien sur Radio Lutte !

→ Insertion virgule sonore (fond sonore amplifié)

Présentation du premier morceau :

Le premier morceau est une production de PostMetal nous arrivant tout droit de Sydney, du groupe Meniscus. Le titre diffusé est intitulé Pilot.

→ Insertion Bruit d’avion

Édito / Billet d’humeur / lancement :

Et c’est paartiiiii !

Si vous découvrez cette émission, sachez que nous sommes toujours au début de l’aventure. Aujourd’hui, c’est le troisième numéro.

→ Insertion bruit d’applaudissements

Merci. Petite présentation pour les personnes qui la découvrent.

L’émission Le Metal dans tous ses états c’est la retranscription sonore d’une page éponyme lancée sur le réseau social TheChangeBook.

Une fois par mois, ou un peu plus ou un peu moins, durant une heure environ, nous allons explorer le vaste univers du Metal et faire la part belle à des chroniques invitées.

Et puis de temps à autres, seront abordés des sujets qui fâchent, ou pas, comme la manipulation et l’appropriation de symboles culturels par des éléments d’extrême droite, d’autres sujets comme l’engagement des groupes de Metal dans les luttes sociales ou pour des causes sociétales.

→ Insertion son eh ben

Ensuite le sommaire :

Au sommaire de cette troisième émission :[
- Pas de chronique d’Alias cette fois-ci mais on le retrouvera tout bientôt sur les pistes de l’émission. Aujourd’hui, on va parler d’albums et de groupes engagés avec Pierre.
- et comme Le Metal dans tous ses états est une émission musicale, tiens donc, on écoutera du son, du son et encore du son.

Une dernière chose avant de commencer. Je suis Dan d’Auge et ayant le micro partageur, si vous avez un billet ou une chronique à proposer pour l’émission, contactez-moi sur TheChangeBook, ou diaspora ou Mastodon.

4) La chronique



→ Jingle chronique

4.1) Présentation de la chronique

→ Fond sonore : Deathwing – Humanhate

Aujourd’hui, je vous propose de faire un tour sur le continent nord américain dans lesquels des groupes de Metal ont sévi ou sévissent encore. De ces groupes qui lèvent le poing et protestent énergiquement contre toutes sortes de sujets. On en parle dans une nouvelle chronique « Les enragés engagés ».

Avant de lancer le son, précisons deux choses :
- la première est que qui dit chronique dit sélection ; ce qui signifie, par défaut, que des tas de groupes et d’albums dans la même veine que ceux qui vont être présentés ne seront pas présents dans cette émission. Nul besoin de crier aux loups. Listez simplement les groupes et albums et on pourra faire d’autres chroniques du même genre.
- la seconde, que le format d’origine est en images animées ; ah non, j’m’a trompette ; ça c’est pour les chroniques d’Alias.

Maintenant place à la chronique, après une courte pause publicitaire…

→ début d’un spot de pub interrompu par un dérapage sur vinyl suivi d’un son de Myiette.

→ Enchainement direct de la chronique

4.2) La chronique

Dans le sphère du métal, des éléments qualifient eux même leur musique comme une musique de révolte, le genre n'échappe donc pas aux "protest-songs". Surtout basées à gauche dues à une partie de leur héritage punk, certains groupes n'hésitent pas à lever le poing pour aborder des sujets d'actualité ou d’histoire. Avec plus ou moins de finesse.

→ Insertion virgule sonore

Débutons cette première chronique des enragés engagés sur le continent outre-atlantique avec le groupe Brujeria, groupe de metal extrême méxicano-américain. Imprégné des grands révolutionnaires mexicains Zapata et Pancho Villa, Brujeria leur dédie une chanson « Division del norte » sur l'album Brujerizmo. Le groupe affiche très clairement son engagement dans la chanson Revoluciòn, dans laquelle ils incitent le peuple à s'armer et rejoindre les rangs du Subcomandante Marcos. Côté sujet d’actualité, le groupe parle notamment du passage de la frontière entre le Mexique et les USA, et du sort de ces personnes qui finissent par se faire "pican en el culo" par, tour à tour, les passeurs et les agents fédéraux américains. Écoutons La Migra (cruza la frontera II).

→ lancement du morceau : 1,44 min

Autre groupe américain, dans la famille "groupe qu'on ne présente plus", parlons de Ministry qui a bâti toute sa ligne artistique sur ses convictions anarco-communiste et une ligne de conduite fixée par sa croisade anti-Bush. Oscillant entre trash et metal industriel, le groupe connaît un succès fulgurant sous Bush Sénior, une traversée du désert sous Clinton, et un retour en force sous Bush II avec un album magistral dont toutes les chansons commencent par un W... Sauf No W que nous allons écouter maintenant.

→ lancement du morceau : 3,22 min

A la lettre A du dictionnaire anthologique du Metal, on trouve Anthrax, qui n’a donc rien à voir avec la dénomination anglaise de la maladie du charbon, cette maladie infectieuse due à une bactérie aérobie. Groupe originaire de New-York, il a biberonné la génération écoutant Maiden, Slayer, Megadeth et Testament d’un trash metal alternant humour et sérieux. Côté sérieux, on peut, entre autres, citer le monstrueux "Among The Living" de 1987. Album sur lequel figurait "Indians" qui prenait le parti d'un peuple spolié, persécuté et traité en moins que rien, bref une leçon de barbarie donnée à des gens traités de barbares. Une chanson poignante et un refrain imparable en live.

→ lancement du morceau : 4,49 min

On reste aux États Unis d’Amérique, direction l’Arizona. Avec un nom souvent mal interprété par les gens qui ne connaissent pas le Metal et son goût de la provocation légèrement trash, parlons maintenant de Sacred Reich ; encore un groupe de vieux me direz-vous. Un groupe bien connu pour aborder des sujets sociaux et politiques dans ses morceaux, des plus récents comme ceux de leur début. Le groupe démarre sous l’ère de Ronald Reagan, ce grand défenseur de la liberté et de la démocratie, notamment au Nicaragua. En 1988, Les ingérences de Reagan dans la guerre entre sandinistes et Contras à sérieusement scandaliser les quatre membres du groupe qui sorte un EP spécial dont le titre est Surf Nicaragua. Écoutons la chanson éponyme en levant le poing…

→ lancement du morceau : 4,40 min

Pour conclure cette première fournée des enragés engagés, terminons l’étape nord américaine avec le groupe Gwar nous venant de Virginie. Groupe de guerriers interplanétaires descendant d’extraterrestres échoués en antarctique (et originaires de la genèse de l'univers), entre deux attaques de pingouins aliens qui tirent des lasers avec les yeux, les membres de Gwar nous servent des satires sur la moralité et les taboux américains, notamment sexuels, les horreurs n’étant pas à chercher dans les paroles explicitement obscènes des morceaux dont certaines inspirations puisent dans le punk harcore.

→ lancement du morceau : 4,48 min

Dans la prochaine chronique « les enragés engagés », nous ferons étape sur le continent européen. D’ici là, si vous souhaitez que votre groupe de Metal engagé préféré soit glissé dans une prochaine chronique, faites-le savoir dans les commentaires ou en vous connectant sur thechangebook.org, page Le Metal dans tous ses états.

4.3) Conclusion de la chronique

→ Insertion du son

C’était la chronique « Les enragés engagés ».

Avant de passer à la partie suivante de l’émission, notez, ou pas, que les extraits sonores de la chronique sont la propriété de leurs auteurs respectifs ; même si cet énoncé pourrait se voir contesté sa légitimité philosophique… passons. Ceci dit, je vous avais prévenu que j’allais vous la resservir à chaque fois celle la.

En tout cas, un grand merci à Pierre de s’être prêté au jeu. Vous le retrouverez bientôt dans l’émission avec une chronique sur le Metal symphonique.

5) La plage musicale



→ Jingle musique

Intro de la partie musicale

Aujourd’hui, on fait escale sur le continent africain. Eh Oui, aussi étrange que cela puisse paraître aux non initiés ou aux gros bousins racistes bien d’chez nous, le Metal est une musique universelle se jouant et s’appréciant partout sur la planète.

Que les elfes les plus fragiles de l’estomac préparent leurs petits sacs en papier car ça peut grave dégobiller !

Avant de passer au menu du jour, un appel. Si vous êtes un groupe de Metal engagé et que vous avez envie que vos compositions soient diffusées dans l’émission ou sur les plages musicales de la webradio, faites vous connaître en vous connectant à thechangebook.org.

Comme d’habitude, une sélection de groupes souvent plus confidentiels que les grosses écuries commerciales, pour le plaisir de nos cages à miel et non pour celui du porte-monnaie de celles et ceux qui ne pensent… qu’au fric.

Programmation :

Groupes Titres Année Durée du morceau Origine
- Demogoroth Satanum The Kingdom Ov Hell 2015 7min28 Afrique du sud
- Wrust Hate 'em All 2013 3min05 Botswana
- SarcotrofiA Ghost Monk 2014 3min10 Mozambique
- Last Year's Tragedy March From the Underground 2015 4min43 kenya
- Nawather Daret layyem 2016 5min02 Tunisie
- Imperial Destruction Like Wolves That Bare Their Teeth 2015 2min58 Afrique du sud

6) Conclusion



C’est le moment de nous quitter. C’était le troisième numéro de votre émission qui fait sursauter même les mouches mortes.

J’espère que vous aurez passés un bon moment, malgré les imperfections de la production qui seront sans nul doute gommées au fur et à mesure.

En attendant la prochaine, souvenez vous de ceci : le Metal est une musique au cœur qui uni les gens, peu importe leur sexe, leur age, leur religion, leur couleur de peau ou le pays dans lequel ils vivent.

7) Générique fin de l’émission



Le générique de fin reprend en partie les éléments du générique de début.

Sons :
→ Fish over the Moon – Space
→ From Sky to Abyss – Sunburst

Texte :
Le Metal dans tous ses états, une émission diffusée sur Radio Lutte, la webradio du réseau social TheChangeBook. Pour soutenir le réseau et ses actions, rendez-vous sur thechangebook.org/soutenir-tcb/

   
Image/photo

Je passe les parties 1 et 2 car se sont les mêmes que pour la première émission. Voir Fichier joint pour les personnes qui veulent le récupérer au format pdf.

3) Lancement de l’émission



Bruitage vinyle puis un premier morceau est lancé : Igorr - Lullaby for a Fat Jellyfish, 2,53 min.

→ Bruit de tronçonneuse

Salutation :

→ En fond sonore : Grimoff - Twisted Games (powermetal)

Salut à tous les gazouilleurs et à toutes les gazoullieuses ! Non, non, vous n’êtes pas perdu, vous êtes bien sur Radio Lutte !

→ Insertion virgule sonore

Présentation du premier morceau :

Le premier morceau est une production française réalisée par Igorr (avec deux r). Tiré de l’album Hallelujah sorti fin 2012, nous avons écouté le morceau Lullaby for a Fat Jellyfish

Édito / Billet d’humeur / lancement :

Et c’est parti pour un deuxième tour. Si vous découvrez cette émission, sachez que vous n’avez pas raté grand-chose… un numéro en fait.

→ Insertion virgule sonore

Petite séance de rattrapage pour les retardataires.

L’émission Le Metal dans tous ses états est la retranscription sonore d’une page éponyme lancée sur le réseau social TheChangeBook.

Une fois par mois, ou un peu plus ou un peu moins, durant une heure environ, nous allons explorer le vaste univers du Metal et faire la part belle à des chroniques invitées.

Et puis de temps en temps, seront abordés des sujets qui fâchent, ou pas, comme l’infection nationaliste ou l’engagement des groupes de Metal dans les luttes sociales ou pour des causes sociétales.

→ Insertion son eh ben

Une dernière chose avant de commencer. C’est Dan d’Auge qui vous parle. Ayant le micro partageur, si vous avez un billet ou une chronique à proposer pour l’émission, contactez-moi sur TheChangeBook, ou diaspora ou Mastodon.

Ensuite le sommaire :
Au sommaire de cette deuxième émission :
- la dernière chronique d’Alias que je remercie pour nous autoriser à la diffuser ici,
- et comme Le Metal dans tous ses états est une émission musicale, tiens donc, on écoutera du son, du son et encore du son.

4) La chronique



→ Jingle chronique

4.1) Présentation de la chronique



Aujourd’hui, je vous propose de découvrir la dernière chronique « normale » de Radio-Erdorin portée par Alias. Vous pouvez retrouver cette dernière sur l’instance Peertube Pair2jeux, Peertube étant, rappelons-le, une plate-forme de partage de vidéos libre. Raison pour laquelle je ne cite pas l’autre.

Avant de lancer le son, précisons deux choses :
- la première est qu’Alias ne traite pas que du Metal dans ses chroniques
- la seconde, que le format d’origine est en images animées ; autrement dit certains effets adaptés en vidéo le sont moins en radio.

Maintenant place à la chronique, après une courte pause publicitaire…

→ début d’un spot de pub interrompu par un dérapage sur vinyl suivi de : ah oui, mais non, suis con moi, il n’y a pas de pub sur Radio Lutte !

→ Enchainement direct de la chronique

4.2) Conclusion de la chronique



→ Son arrivée RER avec pas

C’était la chronique de Radio Erdorin du mois d’août, publiée en septembre.

Avant de passer à la partie suivante de l’émission, relevez qu’Alias est l’auteur des textes de la chronique et fait ses propres prises de son. La musique du générique de Radio Erdorin est du groupe DeFying. Tous les autres extraits sonores de la chronique sont la propriété de leurs auteurs respectifs ; même si ce dernier énoncé pourrait se voir contesté sa légitimité philosophique… passons. Ceci dit, celle là, il est fort possible que je vous la resserve à chaque fois.

En tout cas, un grand merci à Alias pour cette chronique et, plus généralement, pour tout son boulot ; et allez jeter un œil ou deux sur son blog dont l’adresse est : alias.erdorin.org.

5) La page musicale



→ Jingle musique

Intro de la partie musicale
Lors du premier numéro de l’émission, on s’était fait un run de Metal Progressif. Cette fois-ci, on va secouer un peu plus le bac à tripes en partant en excursion sur les rives du Hard Core.

Que les elfes les plus sensibles se protègent les tympans car ça peut saigner !

Avant de passer au menu du jour, un appel. Si vous êtes un groupe de Metal engagé et que vous avez envie que vos compositions soient diffusées dans l’émission ou sur les plages musicales de la webradio, faites vous connaître en vous connectant à thechangebook.org.

Passons à table. Aujourd’hui, une sélection de groupes souvent plus confidentiels que les grosses écuries commerciales, pour le plaisir de nos cages à miel et non pour celui du porte-monnaie de celles et ceux qui ne pensent… qu’au fric.

Programmation :

Groupes Titres Année Durée du morceau
Renacer del Tiempo Marionetas 2015 4,19 min
Sangre de Raíz Fuerza Interior 2014 1,44 min
Ananda Plus le temps d'aimer 1999 3,49 min
Post Moral 16 2017 4,03 min
Furaya Amnesique 2004 3,01 min
Tki Crew Gerakan basmi koruptor 2015 3,38 min
Run of Lava Stigma screen 2011 3,52 min
Signal Lost Never looking back 2007 2,02 min
Sect Reality's Wake 2017 2,33 min
Happy Bastards Buzzard 2006 3,09 min

6) Conclusion



C’est le moment de nous quitter. C’était le deuxième numéro de l’émission Le Metal dans tous ses états, diffusée sur Radio Lutte, la webradio du réseau social TheChangeBook.

J’espère que vous aurez passés un bon moment, malgré les imperfections de la production qui seront sans nul doute gommées au fur et à mesure.

En attendant la prochaine, souvenez vous de ceci : la rage contre système, qui devrait nous habitée toutes et tous, ne doit jamais se transformer en haine des autres. Au contraire, elle doit nous pousser à nous unir et à agir pour le dépasser.

  last edited: Fri, 05 Mar 2021 07:25:25 +0100   
Image/photo

1) Pré-générique



Vous êtes bien sur Radio Lutte, la radio de TheChangeBook, réseau social associatif et non marchand, indépendant et autogéré par ses membres.

Au quatrième dong, il sera… l’heure de lustrer vos chaines et d’affuter vos dents…

Fond musical :
- Helios de Romos → de 0 à 22 secondes maxi
- Son de cloche
- BLOODSPOT – Volcanos → de 12 à 18 secondes maxi

2) Générique de l’émission



Sons :
→ Bruits d’allumette
→ Hands of Attrition – They Come At Night + VITNE – Encephalon de 0 à 12 secondes maxi
→ The Rinn – Voices + texte 1 et 2
→ Fish over the Moon – Space (10 à 15 premières secondes) + texte 3
→ From Sky to Abyss – Sunburst + texte 4

Texte :
1) Radio Lutte présente
2) En radiodiffusion mondiale grâce au web
3) Une émission qui va vous secouer les courts-circuits
4) Le Metal dans tous ses états

3) Lancement de l’émission



Bruitage vinyle puis un premier morceau est lancé : No Place four Soul – N.P.F.S

Bruitage clé dans une serrure, claquement de porte, bruits de pas et de chaise. Au moment du bruit des pas dire : et merde, chui à la bourre.

Ensuite le sommaire :

→ En fond sonore : Metalmorphosis - Całujcie Mnie

Salut à tous les gazouilleurs et à toutes les gazoullieuses !

Non, vous n’êtes pas perdu, vous êtes bien sur Radio Lutte !

→ Insertion virgule sonore

Un premier gros son datant de 1998 pour débuter l’émission, histoire de nous mettre dans le jus, du groupe breton de Metal Fusion No Place For Soul.

L’émission, parlons-en un peu puisque c’est une première. Le Metal dans tous ses états est, en quelque sorte, la retranscription sonore d’une page éponyme lancée, il y a une éternité, sur le réseau social TheChangeBook par notre ami Galdar ; Galdar, si tu nous écoutes…

Quand à moi, je suis Dan, libriste et amateur de Metal entre autre.

→ Insertion virgule sonore

Une fois par mois, ou un peu plus ou un peu moins, durant une heure elle explorera cette expression musicale autant prolixe que variée. Elle fera aussi la part belle à des chroniques invitées. Et puis, de temps à autres, elle abordera des sujets qui fâchent comme celui de la peste brune par exemple, sans tomber dans le cliché que tout métalleux est gros con de blanc, bien bourrin, bien raciste, etc.

En effet, les groupes de musique ouvertement liés à des mouvances racistes ou identitaires existent dans la plupart des genres musicaux – hormis la funk, peut-être - et si les fans de rock, de country, de rap (citons Kroc Blanc) et même de reggae ont du se coltiner toute une frange bien débile de la population, il n'y a pas de raison que les fans de metal n'y aient pas droit, elles et eux aussi, malheureusement.

→ Insertion virgule sonore

Au sommaire de cette première émission :
- la dernière chronique hors série d’Alias qui nous parle d’un festival Suisse de Metal ;
- et comme Le Metal dans tous ses états est une émission musicale, tiens donc, on écoutera du son, du son et encore du son.

4) La chronique



→ Générique chronique

4.1) Présentation de la chronique

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir la chronique de Radio-Erdorin consacrée Octopode, festival gratuit, organisé par des bénévoles, à Meyrin (en Suisse). Je ne vous présenterai pas en tant que tel les travaux réalisés par Alias, l’auteur de cette dernière, car il le fait bien mieux que je ne pourrais le faire. Même si cela n’a guère d’intérêt, je vais me contenter de vous conter comment j’ai découvert Radio-Erdorin.

Comme je vous le disais en début d’émission, je suis non seulement amateur de Metal mais également libriste. Il n’y a pas si longtemps, il fallait trainer la souris sur vimuche, dailymachin et autre youbidule pour visionner les vidéos de notre musique préférée.

Depuis octobre de l’année dernière est enfin apparu une plateforme libre de partage de vidéos à savoir Peertube. En trainant sur un autre réseau social libre, décentralisé et fédérable (Mastodon pour ne pas le nommé), j’ai découvert un pouet d’Alias parlant d’une de ses premières chroniques vidéos publiées sur l’instance Peertube pair2jeux.

Appréciant la qualité de son travail, je m’abonne. Puis l’idée de concocter une émission sur le Metal pour Radio Lutte faisant son chemin, j’ai demandé à Alias son accord pour que soit diffusée sur la webradio ses chroniques.

Avant de lancer le son, précisons deux choses :
- la première est qu’Alias ne traite pas que du Metal dans ses chroniques, même si pour le coup…
- la seconde, que le format d’origine est en images animées ; autrement dit il faudra peut-être, pour les prochaines diffusions, retravailler un peu plus la piste audio pour gommer certains effets adaptés qu’en vidéo.

Maintenant place à la chronique, après une courte pause publicitaire…

→ début d’un spot de pub interrompu par un dérapage sur vinyl suivi de : ah oui, mais non, suis con moi, il n’y a pas de pub sur Radio Lutte !

→ Enchainement direct de la chronique

4.2) Conclusion de la chronique
Notre voyage à Meyrin est déjà terminé. Oui, je sais, c’est bien triste. Pour celle et ceux qui le peuvent et le veulent, rendez-vous l’année prochaine.

Avant de passer à la partie suivante de l’émission, relevez qu’Alias est l’auteur des textes de la chronique et fait ses propres prises de son. La musique du générique de Radio Erdorin est du groupe DeFying. Tous les autres extraits sonores de la chronique sont la propriété de leurs auteurs respectifs ; même si ce dernier énoncé pourrait se voir contesté sa légitimité philosophique… passons.

En tout cas, un grand merci à Alias pour cette chronique et, plus généralement, pour tout son boulot ; et allez jeter un œil ou deux sur son blog dont l’adresse est : alias.erdorin.org.

5) La page musicale



5.1) Intro de la partie musicale
Dans cette deuxième partie d’émission, on va se faire un run d’une petite demie heure non stop de Metal. Que les elfes se rassurent, leurs tympans ne saigneront pas trop.

En guise de clin d’œil à Alias, une sélection de Metal Progressif avec une exception d’atmosphérique va vous conduire entre deux rives, celle de la mélodie cérébrale et celle aux tablatures plus agressives.

Programmation :

Groupes Titres Année Durée du morceau
MISE EN ABYME Emergence 2019 5,03 min
WINDHUNTER Conqueror 2012 6,31 min
BLACK-OUT ARISES Rights and acts 2018 2,56 min
CATCHLIGHT Long Night 2016 5,57 min
INSTANT PYROLYSIS Commital 2011 5,50 min
TEKNOAXE Strip away the Polish 2013 5,48 min

Une sélection de groupe plus confidentiel que les grosses pointures commerciales, pour le plaisir de nos cages à miel et non pour celui du porte-monnaie de celles et ceux qui ne pensent… qu’au fric.

5.2) Conclusion
Si vous faites partis d’un groupe de Metal engagé et que vous souhaitez diffusez vos compostions sur Radio Lutte, faites un tour sur thechangebook.org.

6) Conclusion



C’est le moment de nous quitter. C’était le premier numéro de l’émission Le Metal dans tous ses états, diffusée sur Radio Lutte, la webradio du réseau social TheChangeBook. J’espère que, malgré les imperfections de la production, vous aurez passés un bon moment. En attendant la prochaine, souvenez vous d’une chose : la diversité des choses et les différences des autres sont les richesses de chacun.